Biographies

Fabrice Azarov, ténor

Dès son plus jeune âge, Fabrice Azarov est sensibilisé à la musique par l’apprentissage de la trompette, instrument qui le suivra durant dix années au cours desquelles il expérimentera différents styles (Le New Orleans, le jazz, la musique cubaine,…) dans différentes formations.

À son adolescence, il s’intéresse au chant et à la guitare. Dès lors, la trompette laissera place à l’écriture et à la composition. De cette aventure, naîtront des centaines de chansons, trois CDs autoproduits et de nombreux concerts et premières parties à travers la France.

Parallèlement à ses études de lettres, Fabrice Azarov entre au Conservatoire National de Région de Bordeaux dans la classe de Maryse Castets et découvre peu à peu sa voix de ténor, formation qu’il finalisera à Lyon auprès d’Alain Sobieski.

On peut l’entendre dans l’Ensemble dirigé par Jean-Philippe Dubor ainsi que dans l’ensemble Phenomenon, ou encore dans différentes interventions solistes (Petite Messe solennelle de Rossini, récital, etc).

Artiste aux multiples casquettes et touche-à-tout à la grande sensibilité, il puise son inspiration dans tout ce qui a trait à l’art dans sa globalité (la peinture, la photo, le cinéma, etc.).

Jean-Noël Poggiali, ténor

Formé en chant et en histoire de la musique au Conservatoire National de Région de Lyon, Jean-Noël Poggiali suit le cursus musicologique de l’Université de Besançon et élargit son horizon abordant des esthétiques et périodes variées : de la gestique baroque aux arts gestuels japonais traditionnels (Kabuki, Nô, Kyōgen). S’il endosse sur scène de très nombreux rôles d’opéra, opéra-comique ou opérette en France comme à l’étranger, il prend régulièrement part à des créations de théâtre musical mêlant les pratiques du chant, de la danse contemporaine et du théâtre, comme avec l’ensemble Carpe Diem ou la compagnie Délyriades.

Jean-Noël Poggiali interprète aussi la musique de la Renaissance en quatuor ou en quintette de solistes a cappella tant en concert qu’à l’occasion de spectacles scéniques en France et en Suisse. Il est par ailleurs l’un des chanteurs du Chœur Britten, dirigé par Nicole Corti et se produit également dans des productions de l’Opéra National de Lyon.

Jean-Noël Poggiali met en scène la comédie « L'Étrange Noël de Janique et Célimène » de Jean-Pierre Roos (avec Martine Gautier et Anny Vogel) et « Du côté de chez eux », comédie-chanson de Murielle Magellan. Il écrit ou coécrit plusieurs spectacles : Petit Précis de zoologie, Princes et Princesses, Divas et Promenons-nous dans les bois, spectacle musical et théâtral où il est accompagné dans un répertoire orchestré par Fabrice Boulanger.

Jean-Noël Poggiali est l’un des interprètes de La belle saison est proche, CD (Maguelone) autour de Robert Desnos (quatre étoiles, le Monde de la Musique). 

En voir plus sur son site web 

Christophe de Biase

 

C’est après des études de piano et une Licence de Musicologie à l’Université de Lyon que Christophe de Biase découvre le chant auprès de Dominique Merle. Il entre ensuite au Conservatoire National Supérieur de Musique de Lyon dans la classe de Françoise Pollet, il obtient son Prix de chant en 2004. Il intègre ensuite l’European Opera Centre de Liverpool sous la présidence de Kent Nagano.

Il est Prix Mélodie du Concours International de Chant de Mâcon et finaliste du Concours International de Chant de Marmande.

 

Ses qualités vocales, son élégance naturelle et sa délicatesse lui permettent de faire une carrière internationale à Paris, Lyon, New York, Genève, Liverpool, St Etienne, Grenoble… dans de dans de nombreux rôles d’opéra notamment dans les rôles de Jupiter et Cithéron (Platée, Rameau), Guglielmo (Cosi Fan tutte, Mozart) avec les Musiciens du Louvre, le Baron (Vie parisienne, Offenbach) à Clermont- Ferrand, Ming-Ming (Lili- Tsee, Franz Curti) au Victoria Hall de Genève, Dimitri (Music shop, Wargo), Charlot (Angélique, Ibert), Lafayette (Allégorie forever, Fournier) au Festival d’Ambronay. Onéguine (Eugène Onéguine, Tchaïkovski) et Mephisto (Extraits de la Damnation de Faust, Berlioz) au Festival Berlioz de la Côte Saint André, Mill (Cambiale di matrimonio, Rossini) à Paris, Papageno (La Flûte enchantée, Mozart) au Festival Mozart de Saou. L’Horloge et le Chat (Enfant et les sortilèges, Ravel) au Liverpool National Theater, le Journaliste (Lulu, Berg), Premier Prêtre (Prigioniero, Dalla Piccola) et tout récemment Colline (La Bohème, Puccini) à l' Opéra National de Lyon.

 

En solo concert, Christophe de Biase chante Carmina Burana de Carl Orff à Grenoble et Colmar, le Te Deum de Charpentier au Monastère de Brou à Bourg en Bresse, la Missa di Gloria de Puccini, le Canto general de Theodorakis, le Requiem de Fauré, le Requiem de Duruflé, la Petite Messe Solennelle de Rossini, la Cantate 36 de Bach, The Creation de Haydn, Stabat Mater de Dvorak et Sept Paroles du Christ de Mendelssohn, Oratorio de Noël de Saint-Saënt…

 

Chanteur passionné et éclectique, c'est avec une grande joie que Christophe de Biase a intégré le Quatuor AÏLACK.

 

Alain Sobieski, basse

Basse issue du Conservatoire Supérieur de Bruxelles (classe de Jules Bastin), Alain Sobieski appartient à l’Opéra de Lyon depuis plus de 15 ans.

D’origine ukrainienne, il s’est spécialisé dans le répertoire russe et français. II y a incarné plusieurs rôles dans différents opéras tels que La Bohème, Ariane et Barbe bleue, Idoménée. II a été également soliste du Concert de l’Hotel-Dieu dirigé par Franck-Emmanuel Comte (Orfeo, Les Vêpres de la Vierge, etc.).

Alain Sobieski est membre du quatuor Tétragone spécialisé dans un répertoire éclectique et léger.

Il chante Sparafucile et Monterone dans Rigoletto (Les Rencontres Lyriques).

Alain Sobieski a enregistré un disque consacré à Bach, Fauré et Moussorgsky et un second consacré à l’Intégrale des Mélodies de Borodine. Son enregistrement du Voyage d’hiver est l’aboutissement d’une collaboration fructueuse avec Thérèse Monloup et déjà marquée par plusieurs récitals.

Récemment, il a pris part à la version orchestrale des Sept Dernières Paroles du Christ en croix de Joseph Haydn dirigée par William Christie.